mardi 12 mai 2009

B comme bouchon bestial, B comme possessivité

Juste un petit extrait pour commencer :

Une stratégie [pour s'assurer d'être le père des petits] consiste simplement à empêcher qu'un autre mâle vienne s'accoupler ultérieurement avec la femelle. Pour cela, le mâle peut prolonger la copulation au-delà du temps requis pour la fécondation, faisant alors office de bouchon copulatoire. (...) Chez certaines espèces, le mâle peut même déposer dans le tractus génital de la femelle une substance gélatineuse qui se durcit au contact de l'air dans les minutes suivant l'accouplement, réduisant ainsi ses chances de s'accoupler ultérieurement avec d'autres mâles.


Dans mes notes de cours, à côté de ça, il est écrit 'YARK'. En temps normal, je prends des pas mal bonnes notes de cours, mais là, j'ai eu un petit blocage.
En comparaison, j'aime presque le gros macho niaiseux à la limite du gorille qui se tapoche le chest.
Le prof a ajouté que dans certains cas, les bouchons sont vraiment énormes, ça serait l'équivalent pour une humaine de se faire déverser 4L de Jell-O dans le vagin. Élégant.

2 commentaires:

  1. Les humaines ont toujours le choix entre la ceinture de chasteté, la burqa, l'éventuelle claque sur la gueule, la séquestration et autres créations de l'ingéniosité machique.

    Tu sais, M-P, je dis ça de même...

    La Nature est une salope. Je souhaite, comme mec, ne pas me ré-incarner en Mante religieuse mâle. Quel triste sort...

    Je n'aurais même pas pu répondre à ton message.

    Je ne t'aurais même pas connu!

    Ton vieux Clone

    RépondreSupprimer
  2. On parle de quelle animal ? C'est le gorille, oui ?

    RépondreSupprimer