samedi 7 mars 2009

Mais toi tu joues du sex-o-phoooone

(18 septembre 2005, 10h01PM)

Des mots, jolis..
Comme vouloir écrire une lettre à quelqu'un qui a été important, un moment donné. Quelqu'un qu'on connaît à travers l'écran. Ça fait des bons souvenirs, un sourire franc et franchement irrépressible, un p'tit velours au coeur de repenser à ces choses qui font rougir, honnêtes ou pas, qui ont été dites.. puis, ça fait un peu mal, parce que ça fait longtemps et qu'on se dit que ça a sûrement pas été aussi important pour lui, pour lui, pour elle, pour lui et pour les autres, tsé.

J'sais pas ce qu'ils deviennent, et ça me fait de la peine. C'est comme si ça enlevait de l'importance, de la beauté à ces choses qui voulaient tout dire, et j'sais pas comment la remettre.
C'est vraiment que ça, des passages.. Des moments où on n'attend qu'UNE personne, où on passe notre journée à espérer avoir un signe de vie, une lettre, un mot.. où on croit que c'pour toujours, comme quand j'avais 8 ans et que c'était la mode des best-friends forever, les colliers qui se séparaient en deux.

Ces colliers-là, j'en ai un tas, une bonne douzaine, qui traîne au sous-sol, dans les boîtes de trucs que j'suis pas capable de laisser aller, ridiculement mélancolique. Faudrait couper la corde, un moment donné.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire